Jeux de rôle, jeux de plateau, jeux de cartes, Wargames, jeux de dé, soirées entre amis
 
PortailAccueilMembresFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bienvenue sur la Planète Bleue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L'Ange Déçu
Modo
Modo
avatar

Balance Nombre de messages : 2265
Date de naissance : 01/10/1981
Age : 36
Localisation : Marseille
Humeur : Je suis classe c'est un fait... tout ce qui change, ce sont les critères paradigmatiques qui sont concernés
Date d'inscription : 09/09/2007

Données Ludiques
Maîtrise: 7 Wonders, Abyss, Android, Quarriors, Savage Worlds... et pour l'instant je reste dessus

MessageSujet: Bienvenue sur la Planète Bleue   Dim 31 Aoû - 16:19

2199 ap. JC

Nous sommes en 2199 et la vie sur Terre est une lutte sans espoir avec un chaos économique et une décadence sociale. Les cités-états corporatistes dominent le paysage politique et les ressources naturelles sont pratiquement épuisées. La civilisation a tout juste survécu à un âge sombre de 75 ans simplement connu sous le nom de la Bâcle. Pendant plus de trois décennies, un virus artificiel ravage les cultures agricoles mondiales alors qu’une panique sociale règne et que des milliards moururent de faim. Des villes autrefois grandes restent dans des Zones Libres en ruine, anarchiques et ravagées par la famine ayant réclamé d’entières régions du globe.
Le chaos en résultant n’a pas seulement été récemment stabilisé, principalement dû aux efforts héroïques de la Global Ecology Organisation (GEO). Cette organisation fut créée par les Nations Unies en réponse à la Bâcle et est tout ce qui reste de la plupart des gouvernements originaux de la planète Terre. Conçue de désespoir et de menace de l’extinction de l’homme, la GEO a été conçue en tant que champion puissant et bénin, la protectrice des droits humains et de l’intégrité écologique. Au cours des temps obscures de la Bâcle, la GEO était le dernier espoir de l’humanité pour son salut.
Quarante ans plus tard, la Bâcle était enfin éradiquée, la mémoire de la vaillance de la GEO et son manteau de champion commencèrent à s’effacer. Beaucoup pensent que ce gouvernement mondial est une relique puissante et dangereuse, ayant survécu à son utilité et menaçant maintenant les idéaux de liberté et de justice sur lesquels il a été fondé. Les Nations Unies ont été rétablies et ont émergées en tant que nouveau défi de l’autorité politique de la GEO sur l’ensemble de la Terre et des Colonies. La GEO est devenue un rappel déplaisant d’un horrible passé, alors que l’attention de l’humanité se tourne vers un nouveau monde et un nouvel avenir.
En 2078, bien avant la vague de la Bâcle, les astronomes découvrent un corps irrégulier au-delà de l’orbite de Pluton. Au cours des années suivantes, une série de sondes révèle l’anomalie comme étant une crevasse dans l’espace, un exemple du concept astronomique hypothétique connu sous le nom de wormhole. Les explorations suivantes finissent par démontrer que ce fait était, en fait, un passage qui pouvait être traversé pour se déplacer vers une autre région de l’espace. L’humanité regardait les étoiles avec un respect collectif lorsque fut découvert une planète semblable à la Terre par-delà le wormhole : une planète couverte d’océans bleus et grouillants de vie. Un monde immaculé, inexploré et vierge. Un monde aquatique qui finirait par être connu sous le nom de Poséidon.
Comme faisant partie d’un plan à long terme pour soulager le lourd fardeau des ressources terrestres s’épuisant, les nations membres de l’ONU entamèrent des efforts de colonisation intensive, ensemençant Poséidon de colons humains génétiquement modifiés. Le Projet Athéna fit de nombreuses choses pour aider l’économie terrienne et le moral social s’effondrant. Malheureusement, la Bâcle frappa peu de temps après que les vaisseaux coloniaux y furent envoyés mais avant que ceux de réapprovisionnement ne puissent être fabriqués. Manquant désespérément de ressources pour affronter la Bâcle, l’ONU fut forcée d’abandonner le projet et les colons. Cela fut la première décision d’une longue et rude série que l’ONU allait être forcée de prendre pour les années qui allaient suivre.
Malgré l’échec de l’effort de réapprovisionnement et le manque de contact avec la Terre, les colons de Poséidon survécurent. Alors que leur technologie s’usa et lâcha, ils apprirent à se reposer sur une ingéniosité pionnière et leurs corps génétiquement améliorés. Se répartissant sur l’ensemble de la surface de la planète en de petits villages et groupes familiaux, les colons adoptèrent une vie assez proche des anciens polynésiens, colonisant d’innombrables archipels.
Une des nombreuses découvertes faites par les colons fut qu’ils n’étaient pas les seules formes de vie sentientes sur Poséidon. Etrangères de façon frustrante par leurs actes et motivations, ces aborigènes devinrent une source de peur et de mystère pour les colons. Les rencontres finirent souvent en carnage, et une superstition changeant en preuve d’étranges capacités empathiques fut lévée. La véritable origine et les véritables motivations de ces êtres reposent dans l’histoire ancienne de la planète et restent un mystère aussi sombre que les eaux les plus profondes de la planète.
Alors que la GEO sauvait lentement l’avenir de la race humaine, elle regarda à nouveau les étoiles. En 2164, un petit vaisseau de recherche scientifique fut construit et envoyé à travers le wormhole dans l’espoir de relancer les efforts de colonisation. Personne n’avait anticipé la survie des premiers colons, et les terriens furent estomaqués de découvrir que la colonie n’avait pas seulement survécu, mais était passée de 5.000 colons d’origine à plus de 40.000 âmes.
La mission de recontacte fit face à un mélange de réactions des colons d’origine : beaucoup furent excités et soulagés, d’autres furent amers et se replièrent dans des régions inhabitées. La plupart étaient assez calmes et indifférents. Poséidon était devenu leur monde, ils en étaient devenus ses natifs. Les relations étaient les bienvenues mais essentiellement sans importance. Ils avaient fait la paix avec la planète et n’avaient aucune intention d’abandonner la vie qu’ils avaient édifiée.
D’abord, le trafic entre la Terre et Poséidon était minime et consistait principalement de missions scientifiques et d’équipes de recherche et de développement corporatistes. Au départ, ils n’avaient que peu d’impact sur les natifs ou sur la planète, mais alors que Poséidon commençait à révéler ses secrets, cela changea radicalement. La nature du wormhole et sa connexion à Poséidon devint une source de débat sans fin. L’intelligence des aborigènes devint un mystère fascinant, alors que tous les efforts pour les contacter ou les capturer finirent en échec. La diversité biologique de la planète et sa complexité écologique défia l’entendement, et le caractère commun de l’ADN resta inexplicable. Et, sur la croute terrestre, les géologues corporatistes découvrirent une substance qui allait finalement motiver une frénésie coloniale qui non seulement allait changer la manière de vivre des colons, mais menaçait de plonger l’humanité dans une guerre de survie avec un héritage extra-terrestre ancien.
Les xenosilicates, communément appelé Minerai de Longévité ou Long John, furent dans un premier temps découverts lors des études minérales corporatistes. Bien que cela fût dans un premier temps jalousement gardé secret, des informations ne tardèrent pas à être divulguées concernant le potentiel fantastique de la substance. Ces minéraux peuvent être traités pour produire des outils biochimiques d’une puissance tellement impressionnante que rien dans le domaine de la génétique ne reste en dehors des mains des ingénieurs généticiens. L’humanité a découvert la clef de l’immortalité.
Sur Terre, un monde encore puant de l’odeur des morts, la race humaine s’est levée dans une ruée vers l’or coloniale comme celles que l’histoire n’a jamais connue. Presque du jour au lendemain, les villes d’entreprise commencèrent à apparaitre sur la planète aqueuse alors que les états corporatistes importaient des recherches scientifiques et des mineurs d’océan profond par milliers. Le désespoir humain envoya des millions de personnes à se ruer sur Poséidon pour miser leurs revendications et nourrir un marché mené par la peur primaire de la mort de l’humanité.
En 2199, Poséidon est une planète de villes en plein essor de compagnies et d’installations minières corporatistes, de colonies natives et d’usines orbitales. La vie est dure, rapide et amphibienne. La loi des frontières prévaut alors que des Marshals de la GEO tentent de protéger les droits natifs et de renforcer les régulations corporatistes. Les aborigènes restent un mystère, mais sont accusés de l’augmentation d’actes fréquents de sabotage et de carnage. Des escadrons de combattants sous-marins gardent les installations sur le sol marin, et les rachats corporatistes impliquent souvent des équipes d’assaut marines. Les natifs ont fini par haïr les corporatistes et la crainte pour leur nouveau monde comme extrémismes environnementaux incite une guerre écologique pour défendre la planète. Les néo-colons continuent à se ruer sur la planète, espérant une meilleure vie, en tant qu’opportunistes sans foi ni loi pour récupérer tout ce qu’ils peuvent. Et, derrière tout ça, des scientifiques appellent à la prudence, prétendant que quelque chose cloche, quelque chose d’étrange se passant sous la surface de l’eau.

Revenir en haut Aller en bas
https://plus.google.com/u/0/wm/4/
L'Ange Déçu
Modo
Modo
avatar

Balance Nombre de messages : 2265
Date de naissance : 01/10/1981
Age : 36
Localisation : Marseille
Humeur : Je suis classe c'est un fait... tout ce qui change, ce sont les critères paradigmatiques qui sont concernés
Date d'inscription : 09/09/2007

Données Ludiques
Maîtrise: 7 Wonders, Abyss, Android, Quarriors, Savage Worlds... et pour l'instant je reste dessus

MessageSujet: Re: Bienvenue sur la Planète Bleue   Dim 31 Aoû - 16:22

Citation :
L’EFFET LESEAR

Ce fut au troisième jour de la quatrième semaine après  l’amerrissage de la sonde, et Neilson et son équipage avait finalement checké et re-checké les données reçues suffisamment longtemps pour déterminer que l’eau et l’atmosphère soit sûrs pour l’équipe plongé. J’étais hors de ma coque environnementale et prêt à retirer ma combinaison thermique lorsque McLaren arriva du sonar pour nous dire que nous pouvions tous sortir pour aller nager. Il me foudroya du regard. Je lui souris et me dirigeai à l’écoutille en haut. Le sas n’avait été refermé qu’à moitié lorsque je suis sorti sur le pont, sous la lumière du soleil étrangère et l’air de Poséidon. Je pouvais entendre Neilson à travers la caméra de l’intercom, me criant après de revenir et de mettre le bio-moniteur. Je me suis retourné, donnant à la caméra d’intercom mon plus beau sourire ‘va te faire voir’ (vous avez probablement vu la vidéo), et ai sauté sur le côté.
C’est cette première fois que je n’oublierai jamais. Je ne suis pas poète, mais devant Dieu, je peux vous dire que plonger dans cette eau était comme rentrer à la maison. Sans mentir. C’était aussi vrai que le fait d’être assis ici à vous parler. Une sorte de rêve, à moitié comme un déjà-vu. Ça a duré à peu prés cinq minutes, peut être plus, alors que cette eau bleue cristal faisait son chemin dans tous les pores. J’étais juste suspendu sous deux mètres d’eau, souriant comme un idiot (vous avez probablement vu aussi cette vidéo). La chose la plus étrange que j’ai jamais ressentie.
Les bio-ingénieurs m’ont dit qu’il ne s’agissait que d’une espèce d’euphorie hormonale indue. Tous les nouveaux y ont droit lors de leur première plongée apparemment. Mais j’y crois pas à cette connerie. C’était plus que ça. C’était la planète. Non, je ne suis pas fou. C’était la planète. Ça m’a atteint et s’est emparé de moi et ma tenu, comme si j’étais parti un long moment et venais tout juste d’être revenu à la maison.
Quoi qu’il en soit, j’étais le premier et j’en suis fier. Et maintenant vous savez pourquoi ils appellent cette ″euhphorie hormonale indue″ l’Effet Lasear.

Nathaniel Lesear, membre de l’équipage de  l’Argos 12
- de Forces Tidal, interviews par Ashri Khenera
Revenir en haut Aller en bas
https://plus.google.com/u/0/wm/4/
 
Bienvenue sur la Planète Bleue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une autre planète bleue à 20 années lumières
» Bonne année 2012 !!!
» Bienvenue à CONDOR
» [Balaho] Ça sent le méthane ... [Sur la planète][Terminé]
» Bienvenue a Zombieland!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Antre-Mondes :: La Taverne Du Blâh :: Le 10ème art : Le jeu de rôles :: Savage Worlds :: Blue Planet :: Background-
Sauter vers: