Jeux de rôle, jeux de plateau, jeux de cartes, Wargames, jeux de dé, soirées entre amis
 
PortailAccueilMembresFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Partagez | 
 

 Exil - Journal de Théana Durnedain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Exil - Journal de Théana Durnedain   Jeu 10 Sep - 22:50

Octime 3 Pleine 207

Cette nuit encore, je me suis réveillée en sursaut. A mesure que mes cauchemars progressent, il me semble que la frontière entre la réalité et l'imaginaire s'estompe... Aussi me paraît-il indispensable désormais de consigner ma vie sur papier, ne serait-ce que pour ne pas égarer le fil de ma raison.
Tout est lié. Comme si les horreurs qui peuplent mes cauchemars avaient trouvé un passage vers la réalité. Cela m'effraie, car j'ignore si j'en suis le témoin ou l'instigatrice.

Ce ne fut pas le premier, mais sans conteste le plus bouleversant : il est un cauchemar où, attachée par des liens d'acier à l'un des piliers d'obsidienne de la cité, je hurle de souffrance tandis qu' inexorablement ma chair fusionne avec la pierre... Simple mauvais rêve, peut être, mais ô combien terrifiant ! Le lendemain, je découvrais que mon ami Kel avait connu un destin similaire, une sombre histoire d'expérience et de tortures avec un Horloger. Coïncidence ou funeste présage ?

Et que penser de mon rêve de la nuit dernière, dans lequel je me revois conversant avec un agent de Pandore sur la place du Grand Opéra après les évènements tragiques d'hier ? N'ai-je qu' imaginé la silhouette furtive qui s'est glissée derrière l'agent pour s'introduire dans l'Opéra, et ce clin d'oeil complice ? Quel bouleversement que d'apprendre par les journaux du matin qu'il y avait effectivement eu un cambriolage ! D'autant que la paire d'escarpins que je me vois porter en rêve m'attendait, accusatrice, au pied du lit...

Je m'interroge : suis-je somnambule ? Suis-je en proie à l'une de ces aliénations mentales qui m'octroierait une double personnalité ? Est-ce un simple cauchemar un peu trop réaliste qui fait suite à plusieurs événements traumatisants ? A moins que ce ne soit un don de préscience ?

J'ai tenté de confier les doutes qui rongent mon âme tourmentée aux deux êtres qui me tiennent le plus à coeur, mais l'insouciance inébranlable de mon cabochard de frère et l'esprit rationnel et bienveillant de ma très chère amie Pauline ont eu raison de ma volonté...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exil - Journal de Théana Durnedain   Dim 8 Nov - 20:50

C'est le coeur léger que je me suis rendue aux Trois Grâces après nos dernières péripéties dans la demeure des Vaincourt. Comment rester insensible à la beauté d'un tel amour ? A la sérénité et au bonheur que dégageaient Alaïs et Nicéphore une fois réunis ? Bien sûr, il y avait longtemps que j'avais tiré un trait sur ce genre de pratiques désuètes : monogamie, fidelité et tutti quanti ; mais mon côté fleur bleue ne pouvait rester insensible au romantisme de leur histoire, jusqu'à leur évasion rocambolesque avant l'arrivée des agents de Pandore.
Ce soir-là, ma musique fut enjouée et aérienne, et un tonnerre d'acclamations vint saluer, au-delà de ma prestation, la pureté de leur amour.

Une fois rentrée chez moi, à la faveur des ténèbres, des craintes m'assaillirent. Cette créature, ce demiorgas... il me semblait la discerner dans le moindre recoin d'obscurité. Lampes à gaz et bougies n'y changèrent rien, je croyais toujours l'apercevoir. J'appréhendais par avance les cauchemars qui allaient m'assaillir cette nuit...
Non.Luttant contre la peur panique qui m'envahit à l'idée de sortir dans les ténèbres, j'attrapais mon manteau, mon sac, et je sortis.
Ce n'est qu'au petit matin, enlacée dans les bras de ma conquête d'un soir, que je sombrais dans un sommeil que j'espérais sans rêves...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exil - Journal de Théana Durnedain   Ven 18 Déc - 19:54

Théana se sentit prise de nausées. Par terre s'étalaient pêle-mêle les vestiges de sa vie : sa garde-robe, abondante et luxueuse, ses bibelots, à moitié brisés, ses partitions... Ses précieuses partitions, qu'elle avait toujours jalousement conservées, gisaient à ses pieds comme de simples prospectus froissés, déchirés, foulés aux pieds. Théana vivait se viol de son intimité comme une ultime humiliation de la part des agents de Censure, aussi éprouvante que les trois jours d'horreur qu'elle avait vécu entre leurs mains. Elle qui comptait trouver refuge dans la tranquilité de son appartement, voilà que cet endroit était sali, souillé, autant qu'elle-même.

Avec un frisson d'angoisse, elle pensa à son journal. Tout y était relaté, depuis leurs premières aventures. Mais surtout, elle y parlait du cambriolage du Grand Opéra et de toutes ses théories à ce sujet, y compris qu'il était possible qu'elle y ait pris une part active quoique involontaire... Fébrilement, elle explora sa cachette, une brique évidée aménagé en boîte pour contenir son journal. Elle le trouva sagement rangé à sa place, intact. Elle s'en saisit avidement, en remerciant silencieusement son frère dont les facéties l'avait conduite à dissimuler ses écrits dès l'âge de 7 ans.

Elle regarda son appartement, miroir de sa vie, de ses joies et de ses peines, et sut que jamais plus elle ne pourrait y revenir. Du dégoût, voilà ce qu'elle éprouvait à l'idée que ces hommes abjects avaient fouillé le moindre recoin de son refuge, exposé si crûment ses secrets les plus intimes. Une répulsion si intense qu'elle confinait à la haine, une haine farouche de ces hommes et de ce système capable de broyer des individus innocents. Son journal dans une main, elle attrapa quelques affaires de première nécessité et sortit.

Elle passa d'abord chez son frère Thanis, mais malgré ses coups redoublés il n'ouvrit pas la porte, soitn qu'il était trop exténué pour lui répondre, soit qu'il était allé chercher quelque réconfort dans les bras d'une ou de plusieurs des danseuses exotiques de la Poutre Rouge ou des paradis artificiels, voire les trois à la fois. Avec Thanis, tout était possible. Elle fut tentée de réveiller Pauline, mais la pauvrette devait être aussi fatiguée qu'elle, et elle renonça. Elle songea bien à Xavier, mais ils n'étaient pas assez intime et ça aurait été inconvenant et gênant. Mais son sanctuaire, le saint des saints, l'inviolable, l'intouchable Grand Opéra ce serait parfait. Nul autre endroit sur terre ne lui procurait une telle quiétude. Et elle aurait son violon de surcroît, extension de son âme, pour l'aider à retrouver son calme et sa sérénité, assez peut être pour apaiser cette haine qui lui brûlait les entrailles.

Saisir son violon fut une libération. Elle joua, joua, y mettant tout son coeur, son âme, ses peurs, ses haines et ses espoirs. Quant enfin elle s'arrêta, à bout de force, le bruit d'un applaudissement retentit, résonnant dans la salle de concert déserte.
- Merveilleux! Vraiment, Théana, quelle prestation ! Tu t'es améliorée !
Lui.
Il se tenait au bout de la scène, magnifique, et la regardait avec une admiration non feinte, teintée de convoitise, et un sourire taquin. Elle lui sourit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exil - Journal de Théana Durnedain   Jeu 24 Déc - 15:27

Premier jour dans mon nouvel appartement !!! Il est situé juste quelques rues plus loin et il a l'avantage d'être un peu plus grand. Pauline et moi nous sommes amusées à faire les boutiques pour trouver les quelques babioles qui me manquent. Tout n'est pas encore installé, mais je m'y sens bien.

Pauline prend des cours d'autodéfense, elle est décidée à savoir se protéger elle-même. J'ai quant à moi commencé les cours de tir au Cercle des Tireurs des Passantes. J'espère ne jamais avoir à sortir mon arme mais, au vu de nos récentes aventures, j'en doute. Le Cercle est rempli de beaux gentlemen et mon professeur, Louis, est un homme charmant.

Il semblerait que les attentats aient été imputés au Royaume Kargalien, et non au Royaume d'Autrelle. Les portes d'airain sont fermées. Je n'y comprend plus rien, moi qui croyait que la Secte du Crépuscule avait été incriminée ! Quel est le lien entre le Royaume Kargalien et la secte ? Et qu'est donc cette secte dont le nom semble ressortir à chacune de nos dernières aventures, au travers du jeu de carte de la voyante puis des attentats ?

Pas de nouvelles de Thanis. Ça va faire 2 mois qu'il est parti. Papa et Maman m'ont dit qu'il comptait voyager, mais je m'inquiète. (Quand je pense que ces affreux agents de Censure sont même venus interroger Papa et Maman !!!) Il aurait quand même pu me prévenir ! D'autant que je me retrouve à gérer ses affaires en plus des miennes : hier, son commanditaire est passé. Lui aussi savait pour nos « mésaventures », à croire que c'est de notoriété publique ! Je lui ai assuré que Thanis prenait son projet très à coeur, mais je ne peux même pas informer mon satané frangin que les fonds ont été débloqués ! Il m'énerve !

Je m'inquiète aussi pour Enola, 8 ans, à l'orphelinat. La pauvrette, qui n'a jamais été très loquace, ne parle plus du tout.
Bien sûr, les soeurs Racine et le Dr Ast n'ont rien constaté d'anormal. J'ai réussi à faire examiner la petite par mon médecin
personnel, qui l'a trouvée fatiguée et mal nourrie. Je suis sûre qu'il y a autre chose. Les petits me disent qu'elle s'enfuit souvent de l'orphelinat. Pauline et Xavier sont sur le coup...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exil - Journal de Théana Durnedain   Dim 27 Déc - 18:36

Un triomphe. C'est ce que diront les journaux demain, à propos de ma prestation de ce soir. J'ai reçu une des plus belles ovations de ma carrière, et c'est là, quand j'ai vu tous ces gens debout à m'applaudir, que j'ai pris la mesure de l'évènement : La Première du Grand Opéra. Maman était si fière de moi, elle n'arrêtait pas de pleurer, et j'ai même vu une larme rouler sur la joue de Papa. Ils étaient si beaux tous les deux, tirés à quatre épingles, main dans la main, amoureux comme au premier jour ! J'aurais aimé que Thanis se joigne à nous, mais il est toujours par monts et par vaux. Il est mon frère jumeau, et il me manque terriblement, mais je sais qu'il va bien. Toutefois tous mes amis étaient là, et les voir tous ici pour moi était incroyable, surréaliste ! Quelle soirée inoubliable !





Mes cauchemars continuent. Deux en particulier reviennent avec récurrence, quasiment toutes les nuits.

Dans le premier, je suis seule dans une barque, ramant sur une mer d'huile, l'horizon à perte de vue. Soudain, un siphon se forme à quelques centaines de mètre de moi, et le courant entraîne inexorablement mon embarcation. J'essaie de résister, mais les flots furieux sont les plus forts, et je suis aspirée par le tourbillon. Ma barque se brise, je tombe à l'eau, luttant pour respirer dans les vagues déchaînées, mes forces s'épuisent, je vais abandonner quand, soudain, la chute... Je tombe sur Exil, une chute d'une hauteur vertigineuse, la cité d'acier est si belle vue d'ici, mais voici que les piliers d'obsidienne se rapprochent, et je vais m'écraser, je hurle... et je me réveille en sursaut.

Le second se déroule sur la scène du Grand Opéra, pendant une répétition. L'ensemble des musiciens de l'orchestre symphonique est en train de jouer, mais chacun de nous joue une partition différente, et il en résulte une immense cacophonie. Peu à peu, j'ai la sensation que mon esprit s'envole, et je perçois la musique à travers mes voisins, sans pouvoir intervenir. Je suis ainsi prisonnière des émotions d'Eleanor quand elle joue de la flûte traversière, de celles d'Armand au violoncelle, de celles de chacun de mes compagnons. Quand je reprends mes esprits, l'ensemble des partions semble s'harmoniser pour créer une mélodie qui m'est inconnue. J'ai essayé depuis de recréer cette mélodie qui m'obsède, car j'ai la sensation qu'elle recèle la clé du rêve, mais cela m'est impossible. J'ai l'impression qu'elle me file entre les doigts, mais à chaque réveil j'ai l'espoir de grappiller quelques notes.

Ces cauchemars me laissent perplexe, je n'arrive pas pour le moment à les relier à un quelconque événement. Mais peut être ne s'agit-il pour une fois que d'inoffensifs mauvais rêves ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exil - Journal de Théana Durnedain   Mar 29 Déc - 10:37

Retrouvé lettre de Thanis dans mes papiers. A dû être mélangée par mégarde avec mes affaires par les déménageurs. Ai foncé à l'atelier pour la plante. N'aurait plus qu'à lui en racheter une...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exil - Journal de Théana Durnedain   Lun 18 Jan - 21:38

Il vient juste de partir. Son odeur flotte encore dans la pièce, enivrante...
Comment lui expliquer que j'ai partagé la vision d'un tueur qui le poursuivait ? Même à mes oreilles ça semblerait dénué de sens, si je n'avais pas déjà vécu tant de choses étranges. Mais il a accepté avec philosophie l'idée d'une menace anonyme, et c'est sous bonne escorte qu'il rentrera chez lui ce soir. Je déteste lui mentir, mais il est bien trop tôt pour lui dire la vérité. Parfois, le mensonge est un mal nécessaire... Et tout ce qui compte, c'est qu'il soit protégé.

Pourquoi Albéric ? Pourquoi a-t-il fallu que le tueur jète son dévolu sur lui ? A-t-il des visions de moi, de nous avec Pauline et Xavier-Axel, comme nous voyons à travers lui ? Ou pire... Se pourrait-il qu'au delà de mes yeux, il ait accès à mes pensées les plus secrètes, les plus intimes ? Il aurait ainsi découvert à quel point Albéric compte pour moi... Horrible ! Ça signifie qu'il sont tous en danger à cause de moi : Albéric, mais aussi Thanis, et mes parents, et...

(Ne panique pas Théana, calme-toi)
(Respire)
(Concentre-toi)

Et si je lui rendais la monnaie de sa pièce ? Si j'arrivais, moi, à lire dans son esprit ? Et si je parvenais à identifier ses proies avant qu'il ne commette ses crimes ? Et à mettre fin à ses atrocités ?
(Concentre-toi Théana, concentre-toi...)

Un bruit à la porte
- Théana ?
Thanis
- Théana, c'est moi. J'ai vu Albéric partir. Tout va bien ? (plus bas) T'es visible ?
Je souris
- J'arrive !

Pas maintenant. Maintenant, j'ai envie de retourner auprès de Thanis, Pauline et Xavier. Retrouver un peu de chaleur humaine, après ces horreurs.
Mais ce soir, à la faveur de la nuit, à l'heure des ténèbres et des cauchemars, ça sera entre lui et moi. Et on verra bien qui de nous deux aura raison de l'autre...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exil - Journal de Théana Durnedain   

Revenir en haut Aller en bas
 
Exil - Journal de Théana Durnedain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Exil - Réflexions de Thanis Durnedain
» Azov ou le journal d'un patriote.
» Brève du Journal Officiel du Donjon.
» Journal d'un paysan
» Un journal de la Horde...

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
L'Antre-Mondes :: La Taverne Du Blâh :: La Salle Commune :: Il était une fois...-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: